Cuisiner au biogaz, pas si compliqué [Fiche]


Publication début 2017
Publication début 2017

LE LIVRE

Soutenez dès maintenant la publication du livre "Le Cycle de la terre" et partez à vélo pour une initiation à l'agroécologie du monde. Au sommaire:

  • Carnet de voyage
  • Rencontre avec les fermes
  • 15 fiches techniques 

Association à but non lucratif - L'ensemble des bénéfices soutiennent le fonctionnement d'un jardins partagés et pédagogiques "Les Jardins des Partages"



CUISINER AU BIOGAZ (FICHE TECHNIQUE)


La cuisine de Suzanna, au biogaz
La cuisine de Suzanna, au biogaz

En 4 mois en Inde du Sud, je croise à plusieurs reprises, dans les cuisines des fermes que je visite, une installation un peu particulière: le biogaz domestique.

 

Il suffit d'un peu d'espace pour 3 vaches, une cuve bien lestée et un petit travail quotidien pour pouvoir cuisiner au naturel, grâce au gaz auto-produit par les escréments de nos amis bovins.

 

Plus d'explication dans cette fiche technique.


Préambule ruminant

Plus jeune, je me rappelle avoir bien rit du fait que le réchauffement climatique soit en parti dû aux pets de vaches. Car oui, les escréments de nos amis ruminants dégagent bien du méthane, l'un des gaz responsables de l'effet de serre. 

 

Alors, pour eviter d'en rejeter plus qu'il n'en faut dans l'air et réchauffer notre planète, pourquoi ne pas utiliser ce combustible, le méthane, pour cuisiner nos petits-plats. 

 

Voilà comment faire:


1/ Quelques vaches

Bien sûr, le biogaz ne s'adresse pas aux citadins mais à ceux qui disposent d'un peu de terre et de pâturage pour accueillir quelques vaches. Compter deux à trois vaches pour une famille de 4 personnes.

 

Puis avec une petite étable, de l'herbe grasse, de bons soins et quelques céréales en plus, vos quelques vaches produiront autant de bouses qu'il vous en faut. Voilà la matière première nécessaire à la production du biogaz.

Happy cows
Happy cows

2/ Diluer chaque matin

 

Comme vous prenez soin de vos vaches, chaque matin, vous nettoyez l'étable et récoltez ainsi tous les escréments de vos vaches. Dans une joie matinale, il vous suffit alors de diluer quelque peu la matière verdâtre obtenue pour obtenir un mélange homogène qui dégagera le méthane.


3/ Remplir la cuve du biodigesteur

Il suffit ensuite de remplir le biodigesteur chque jour avec le mélange obtenu. Au début du processus, il faut compter une petite semaine pour remplir suffisamment la cuve. Ensuite cette tache quotidienne suffit à alimenter le processus.

 

Voilà votre travail terminé. Le biodigesteur fait le reste du travail.


4/ Production de biogaz

Le biodigesteur se compose d'une cuve bien lestée ou enterrée pour garder le gaz sous pression. Comptez une cuve de 3m3 pour une famille. Dans certaines fermes indiennes, la cuve traditionnelles est un ovoïde fait de briques et enterrée (voir schéma ci-dessous).

 

Après fermentation, le gaz s'échappe du mélange. Le gaz est maintenu dans la première cuve tandis que le liquide se transvase de lui-même dans une chambre de sortie. 

 

Le liquide obtenu ne contient plus de gaz et pourra être utilisé comme fertilisant pour les plantes de votre jardins ou votre potager.


5/ Relier à la cuisine

Quand au gaz, il suffira de relier le haut de la cuve à votre cuisine par un tuyau de sorti adapté. On choisira donc de ne pas trop éloigner le biodigesteur de la cuisine...

 

On placera de préférence la sortie de la cuve au soleil pour augmenter la pression du gaz. Et on videra le tuyau de l'eau qui a pu s'y immisser tous les mois environ.


6/ Cuisiner au naturel

La Pasta night au biogaz!
La Pasta night au biogaz!

Et voilàs, vous pouvez craquer une allumette et profiter de ce gaz offert par vos nouveaux amis bovins pour cuisiner.

 

Bien sûr il faut suivre les précaution quand à la dilution et à la montée en pression pour avoir une bonne flamme. Chose faite, cette flamme est très adaptée pour faire revenir toutes sortes de légumes et, avec un peu de patience, faire cuire vos pâtes.

 

Régalez-vous, c'est Marguerite qui régale!

 


Plus de détails

Pour ceux qui pense que cet article n'est pas assez technique (je ne le prendrai pas mal), voici deux schéma simples réalisés par l'équipe d'Annadana à Bangalore et qui vous permettront de comprendre le procédé très rapidement.

 

Autrement, vous pouvez consulter la fiche technique suivante, très instructive, réalisée par l'Institut de l'Energie et de l'Environnement de la Francophonie: Telecharger (en français)

 

A Annadana (Bangalore)

Construction traditionnelle par Chandru (Hampi)



Regard critique

Depuis l'Inde, j'ai pu lire et entendre quelques remous médiatiques en France au sujet de la "ferme des milles vaches" censer produire du biogaz "écologique".

 

Extension mégalo du procédé décrit ci-dessus, il s'avère que nourrir mille vaches dans le seul but de produire du biogaz est aussi stupide à mon sens qu'entasser 40 000 poulets dans des hangars pour le roti du dimanche. 

 

La production de biogaz domestique trouve pour moi son sens lorsque qu'il rentre dans un équilibre à l'échelle d'une petite ferme ou d'une communauté. Ou les vaches (et les poulets) peuvent y être traité comme il se doit et apporte autant qu'il donne à la terre et aux paysans qui y vivent.

 

Et vous, quel est votre avis?


Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    CYRILLE Metz-Paris-Quiberon (samedi, 20 juin 2015 20:17)

    C'est un système simple et génial. Avec un hexagone ou nos amis les bovins étaient 20 millions environs en 2010, prés de la moitié de la population française pourrait cuisiner au biogaz. Wahou... sans compter les porcs, les bretons seraient au chauds pour l'hiver.
    Merci à vous, VOTRE INITIATIVE EST TOP.

  • #2

    Licquet (samedi, 22 avril 2017 13:11)

    Je partage cet avis

  • #3

    Licquet (samedi, 22 avril 2017 13:13)

    Je me reprends, je partage l'avis qu'il est fou d'investir dans une ferme à mille vaches, alors que l'on peut produire du methane avec des déchets de bois et nourriture ……