L'Azerbaijan iranien en bonne compagnie

Après deux mois turcs, je passe une nouvelle frontière, celle de l'Iran. Entre hospitalité légendaire et diabolisation par les media, je ne sais pas vraiment ce qui m'attend. Récit de cette première semaine en bonne compagnie dans l'oeust Azerbaijan où l'on continue à parler turcs, où les langues sont curieuses et les portes grandes ouvertes aux étrangers.


Dernier adieu au Mont Ararat

Trois articles que je vous en parle. C'est la juste mesure pour vous dire comme cette montagne nous aura marqué moi et mes compagnons de route. Avant de passer la frontière iranienne où le mont Ararat disparaîtra de notre horizon, nous établissons, au couché du soleil, un dernier campement à ses pieds.

Derniere visite turque. Le Palais de Dogubayazit
Derniere visite turque. Le Palais de Dogubayazit
Petit campement au pied gigantesque
Petit campement au pied gigantesque
Sunset Truck electrik
Sunset Truck electrik

Le mont Ararat est une zone d'entrainement militaire, ainsi notre feu de camp est bercé de quelques bombardement de roquette et de tir srougeoyants dans la nuit. Le réseau électrique est mis à rude épreuve et après un ultime bombardement, coupure générale dans les villages voisins. L'occasion pour nous d'observer la plus belle des vues sur le mont Ararat, son sommet étoilé...

La nuit Ararat
La nuit Ararat

Changement de climat / Curiosite et gentillesse iranienne

Dès le passage de la frontière, le contraste est frappant. La chaleur d'abord puis les montagnes désertiques. Seule dans les vallées où l'eau coule naissent des oasis verdoyantes. Cette fois c'est certains, nous passons à un climat estival. On nous dira pourtant à Tabriz qu'il n'est pas rare de vivre les 4 saisons en une journée. Entre chaleur, orage et sommets enneigés. Nous adopterons très vite les pantalons Kurdes qui nous donnent de l'air dans les pattes, à défaut des shorts mal vu ici.

Oasis en fond de vallee
Oasis en fond de vallee
Oublie pas l'eau!
Oublie pas l'eau!
Rouge ciel
Rouge ciel

Surprise aussi en ce qui me concerne, dans cette région Azéri de l'Ouest Azerbaijan tous parlent turc. Axel peut ainsi profiter de ces talents encore quelques centaines de kilomètres pour nous permettre d'échanger avec la population locale. Pendant ce temps nous apprenons nos premiers mots farsi.

Sur les routes, le trafic est dense où se mèlent 405, pick-up bleu et camion transitant depuis tout l'Iran vers la Turquie. Entre « Hello » et « attention j'arrive », la moyenne est de 50 coups de klaxon par jour. Suivant l'humeur nous répondons par le geste, le mini-klaxon où le grognement. Mais très vite, à la vue de nos quatre bicyclettes chargées, certains s'arrêtent sur le bord de la route pour nous questionner, nous offrir une barre chocolaté où, moins utile, leur carte de visite.

Chaque pause est l'occasion de mesurer l'attrait que nous représentons. A Marand, dans un parc, notre sieste s'écourte vite lorsque Axel se met à répondre aux questions. C'est plus d'une trentaine d'étudiants iraniens qui nous entourent. Certains parlent anglais et nous questionnent d'autres ne sont là que pour mirer ces étrangers. Nous comprenons leur curiosité et répondons aussi bien que possible à leurs questions mais parfois l'envie de tranquilité nous poussent à camper à l'écart des villages.

 

Car, l'hospitalité des iranien est bien réelle. Un soir, nous pensons monter nos tentes au milieu du désert pour expérimenter les serpents et les scorpions quand une puis deux puis six motos nous entourent. Ce sont les habitants du village d'à côté qui nous invitent chez eux. A l'entrée du village des dizaines de jeunes et d'enfants nous attendent puis on nous emmène au calme dans une des familles où l'on échange autour d'un repas entre foot, tam-tam, guitare et farsi. A l'exception du réveil express à 6h du matin pour nous sortir de la maison, cette soirée restera une très belle rencontre.

Du pain balaye
Du pain balaye
Invasion motocycle family
Invasion motocycle family
en musique!
en musique!

A Tabriz, lors du journée de repos, il ne nous faut pas 1h pour trouver un guide puis deux puis trois. Ce surplus d'attention nous va droit au cœur mais parfois je m'échappe pour retrouver une certaine liberté qu'il est dur de trouver en groupe. Ahmed, nous guide vers le camping « gouvernemental ». Gratuit, la seule condition est de fournir une photocopie de notre passeport, je me demande bien ce qu'ils peuvent en faire. En prime, la piscine, sauna, hamam à deux pas et pour 100 000 Ryals (2€).


Au détour du lac sans eau

Sortie du brouhaha de cette grande ville nous mettons le cap vers le lac d'Ouryeme. Après 2 jours de vélo, en haut d'un col, surprise, il n'y a pas d'eau dans ce lac. C'est un lac salé. La vue n'y est pas moins belle pour autant.

Moto desert
Moto desert
Lac sans eau
Lac sans eau
Bruno sous le projecteur
Bruno sous le projecteur

En soirée, les orages grondent et il est impressionnant de voir l'eau déferler vers le lac dans une vague ruisselant sur ce sol sec. Le premier soir, nous observons les éclairs depuis un abri de berger. Le second, nous sommes plus optimistes. Nous plantons nos tentes aux limites de ce désert de lac. Le couché de soleil y est splendide, les éclairs lointains. Et pourtant, de 5h à 8h du matin nous essuyons une tempête de pluie et de vent qui met à rude épreuve nos tentes. Le pire est de sortir à vélo de cet enfer boueux !

 

Orage eclair et tente souffle
Orage eclair et tente souffle

Heureusement, une fois encore, l'hospitalité iranienne nous redonne le sourire. Petit déjeuner et nettoyage des bicyclettes dans la maison d'un des bergers que nous avons croisé la veille. Merci à lui et sa famille !

 

Derniers jours en compagnie de ces fanfarons de cyclistes. Nos routes se séparent ici, eux vers Téhéran, moi vers Ispahan... Deux semaines partagées sur les routes, autour d'un feu et au contact de la population. Je ne les oublierai pas et peut-être, le bonheur des sérendipités fera que nos chemins se recroiseront en Asie du Sud-Est. Bonne route à vous compadres !


Bon voyage la compagnie!



Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    Claire (vendredi, 16 mai 2014 08:04)

    Bon anniversaire Romain !
    Que c'est beau. Un peu de désert avant d'arriver dans l'oasis d'Ispahan, le pont Khaju, la mosquée de l'Imam et toutes ses faïences... ouh la la envie d'évasion )
    Profite bien et en attendant bonne route.
    Merci et à bientôt,
    Claire

  • #2

    Claire (vendredi, 16 mai 2014 08:07)

    Orion se lève-t-il au-dessus à droite du mont Ararat ?

  • #3

    Estelle (vendredi, 16 mai 2014 08:46)

    Bonne route vers Ispahan et sa douceur de vivre !

  • #4

    Mambilous (vendredi, 16 mai 2014 09:01)

    Toujours un magnifique reportage
    Merci de nous embarquer avec toi et de nous faire rêver
    Bonne route

  • #5

    agnes gallois bouvard (vendredi, 16 mai 2014 09:42)

    coucou Romain, je savais que ton aniversaire approchait, sans connaitre la date excate. peu importe, je crois que ce sera un des plus beaux de ta vie, un de ceux dont on se souvient, entre Turquie et Iran, exceptionnel, non ?
    je suis ton épopéee à chaque mail, avec carte à l'appui. tu me fais rêver. continue, et fais encore de belles rencontres.
    bises de loin, AGNES

  • #6

    Reza (lundi, 19 mai 2014 10:06)

    "Iran blew our mind!"

    https://www.facebook.com/pages/Memories-of-travel-to-Iran/543353292406601

    “Iran blew our mind! The hospitality you will experience in Iran as a traveler is like no where else in the world...” This is the way that Alleykat describe their travel to Iran...”
    “Kitty Webster” and “Alee Denham” are two cyclist who are currently exploring the world on a tandem bicycle! They traveled to Iran last May and June (2013) and shared with world their experiences ; “In our video we talk about the people, the culture, the tourist attractions and tell our favorite stories and experiences from two months in this beautiful country. Definitely the hardest to put together given the amount of footage and number of stories to regale. What we can GUARANTEE is lots of insight into the beauty of Iran and its people, as well as what it's like to be tourist in paradise!”