Perdikkas - Seeds connexion

 

Après un mois de vélo sur la côte adriatique, je rejoins la Grèce pour un mois dans les fermes Peliti, l'homologue grecque de Kokopelli en France. Premier arrêt, Perdikkas !

 

Un accueil digne du Grand Alexandre et des échanges avec le groupe local durant toute la semaine. Récit d'une semaine pas comme les autres.


Perdikkas

Perdikkas est un petit village du Nord de la Grèce situé à une centaine de kilomètres de la frontière albanaise d'où je viens. Nickos m'y attend et par chance au premier café où je demande, on le connait. Pour sûr, je suis tombé sur le café familiale tenu par son oncle.

 

J'avais peur que Nickos ne parle pas anglais, au téléphone, il me rassure « Roman, I got a room for you ! ». Nickos quitte son travail et me rejoint pour me mener à sa ferme. Entendons nous bien, ici on appelle 'ferme' un espace maraicher clôt où se cotoyent poules, chiens et drapeau grecque ;) Je suis hébergé sur place dans l'abri où sèche les piments, Nickos habite lui dans le village. Parfait pour moi, ça me plait, un petit chez moi ! J'y fais la connaissance de Dude Max et Nelly, mes compagnons canins de la semaines.

 

A l'arrivée
A l'arrivée
Little home
Little home
La ferme
La ferme

En ce mois de février, la ferme revêt de sobres couleurs. Seul les quelques choux et radis gardés pour les semences habillent ses terres. C'est le tout début de la saisons. Au programme : déterrer les topinambour et préparer les buttes de terres qui accueilleront bientôt cucurbitacés (courges) et autres solanum (aubergine et tomates). Ca m'occupera, auprès de Nickos, quelques demi-journée. Pour le reste, c'est autre part que ça se passe...

Petits travaux...
Petits travaux...

Avant le début du printemps...
Avant le début du printemps...
...Après les travaux de l'année!
...Après les travaux de l'année!

Une mine de fermes

Au sein du groupe local que je rencontre très vite, aucun ne vit à part entière de sa ferme. Chacun y complète son équilibre avec un activité rémunérée. Ici, la plupart oeuvrent aux mines de charbon ou aux usines adjacentes qui fournissent près de 80% de l'électricité grecque. Nickos m'y fait une visite guidée. Les mines sont à ciel ouvert, ce sont des trous béants d'un immensité lunaire. Par temps sec, la poussière envahit tout et par temps humide les camions s'embourbent restant bloqué des heures en attendant la rescousse. Un travail colassal qui déplace les montagnes et qu'il est diificile de comprendre bien que chacun profite ici chez lui de cette électricité.

Nicko, driver des mines
Nicko, driver des mines
Un énorme trou
Un énorme trou
Machine en action
Machine en action

La crise aidant, outre la mine, l'activité n'est pas folle au quotidien. Chacun y a du temps. Du temps pour cogiter, du temps pour réfléchir, du temps pour mettre en oeuvre ses projets et trouver son équilibre. Un équilibre entre jardin et relations humaines. Voilà ce qu'ont choisi tous les fermiers du groupe local Peliti : faire pousser des fermer pour semer l'espoir.


Semenceurs locaux

Nickos, Christina, Zaharoula, Elifteria, Gregory, Nico, Yourgos ou encore Marguerita font parti de ceux là. Ils m'adopteront toute la semaine à leurs côtés à ma plus grande joie. L'objet principal du groupe local est de s'organiser et d'échanger ses connaissances pour préserver les variétés locales de légumes, plantes aromatiques ou céréales. Et cela passe par la préservation des semences, année après année. Ainsi chacun consacre une parti de son jardin à la production de semences selon ses envies mais aussi selon la nécessité de préserver certaines variétés particulières à l'échelle locale.

 

Le mot d'ordre au sein de Peliti, c'est le don. Le don des semences car c'est une richesse qui n'a pas de prix. Mais surtout le don de soi, le don de se rassembler pour récolter, ensacher, étiquetter et transmettre les savoirs au sein d'un groupe de près de 50 personnes qui essaimeront à leur tour. J'ai la chance d'assister à la réunion menselle du groupe où chacun s'active. Des petits gestes qui au final comptent beaucoup.

The group
The group
The job
The job
The seeds
The seeds
Peliti!
Peliti!


Greek patent

Bien sûr, tout ça ne serait qu'une vision étriquée de ma semaine si je ne vous parlez pas de l'hospitalité incroyable de ce petit groupe et de la grande humanité qui règne à leur côté. J'y suis accueilli comme un roi, beaucoup ont la gentillesse de m'apporter un repas, en réalité, ils partagent bien plus. Dès les premiers jours, un barbecue est organisé pour que je puisse mieux rencontrer chacun. Et je passe en fin de semaine trois soirées chez Zaraoula et Nicos pour mon plus grand plaisir. Tout ça accompagné de 'White coffee' au Tsipouro (alccol local), de mezzés confectionnés par chacun et de chants grecques au son de la guitare de Georgia. C'est un bonheur de partagé chaque soir ces moments avec eux!

 

Les preuves complètes en image:

Ils m'avoueront à la fin de la semaine qu'habituellement ils ne se réunissent pas autant mais que ma venue en a été une des plus belles occasions. chacun m'en remercie. La signification de mon nom dogon y trouve ici tout son sens...

 

A bientôt, lors d'un printemps prochain pour le travail au jardin ! Un grand merci à Nickos et Christina pour leur accueil chez eux et à tout le groupe local pour tous ces échanges et cette bonne humeur ! 


Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Christina (jeudi, 13 février 2014 21:52)

    It was a pleasure to have you with us. A special thanks for the seeds of kokopeli.

  • #2

    Dad Philippe (samedi, 15 février 2014 18:27)

    Super reportage ! mais pourquoi je suis rentré ???... :)

    Bisous Bike Boy !

  • #3

    isa (dimanche, 16 février 2014 15:08)

    super reportage! Profite, tu as une belle chance, les rencontres humaines sont vraiment les plus belles d'un voyage! je t'envie, mais je suis aussi heureuse que tu en profites bien! Donc printemps prochain en Grèce? Pas de retour en 2037 alors ;)
    bisous

  • #4

    Eleftheria (mardi, 18 février 2014 09:19)

    If google translation is right... "C'est un bonheur de partagé chaque soir ces moments avec eux!" for us too..
    And for sure.."La signification de mon nom dogon y trouve ici tout son sens"... You brought us together and you have changed the way we see world... Thank you Romain!! A really great article, a really touching video...
    Live your every moment to the edge!!

  • #5

    Richard (jeudi, 06 mars 2014 15:49)

    Excellent reportage. Cyclo-fermier-journaliste ... L'homme à tout faire !! Bravo