Un œil aux cocagnes

JVS, le soleil du fond de la vallée
JVS, le soleil du fond de la vallée

Rétrospective sur des rencontres humaines qui ont croisé la route du Cycle de la Terre et qui ont germé dans des jardins: les jardins de Cocagne.

 

Je connaissais ce réseau avant de partir et avais l'envie de voir de plus près, au quotidien, ce que c'était. Alors je repère sur ma route les jardins du réseau. Ce sera donc quelques jours au jardin d'Aube nouvelle dans la Drôme en novembre et aux jardins de la vallée de la Siagne dans les Alpes-Maritimes début décembre 2013.

 

 


20 ans de Cocagne

Le réseau des jardins de Cocagne a eu cette année 20 ans. Ces jardins sont conus pour être à l'initiative des premiers paniers de légumes bio. Le succés des paniers n'est plus à démontrer et le réseau d'insertion Cocagne se démarque depuis 20 ans par sa démarche sociale, économique et écologique.

 

En effet, depuis 20 ans, dans près de 120 jardins en France, l'objectif n'est pas seulement l'activité maraichère bio mais bien de réinsérer des personnes dans le monde du travail.

 

Pour en savoir plus: www.reseaucocagne.asso.fr/

Du semi
Du semi
A la culture maraîchère bio
A la culture maraîchère bio
Aux fameux paniers prêts à être livrés
Aux fameux paniers prêts à être livrés


Solidaire à Condorcet et à Mouans-Sartoux

Sur ma route, je croise à deux reprises les jardins de Cocagne. En novembre, je passe deux jours à Condorcet aux jardins d'Aube Nouvelle. Le premier jour est consacré au jardin avec toute l'équipe de jardinier. Le second, jour de repos au jardin, me verra enfiler mes gants de déménageur pour accompagner une équipe dans les sous-sols de l'hopital de Nyons.

 

En effet, à Condorcet, outre les jardins, l'insertion professionnel se fait aussi dans un service lié aux encombrants. On y compte aussi un théâtre associatif et un centre d'hébergement. Deux activités que je n'aurai pas le temps d'explorer.

 

Début décembre je retrouve les jardins de cocagne à Mouans-Sartoux. L'association Les Jardins de la Vallée de la Siagne, créé en 1998, a pour finalité comme dans chaque jardin du réseau l'aide à l'insertion sociale et professionnelle par l'activité économique des personnes en difficulté (demandeurs d'emploi de longue durée, bénéficiaire du RMI, jeune sans qualification...)

 

Je passe trois jours à leur côté où je sème, je tresse des bambous, je plante des épinards, j'assiste aux conseil d'administration et surtout j'échange et je discute avec chacun pour en découvrir un peu plus.

 

Petit diaporama:


Semer, s'aimer, essaimer

Cette rengaine que j'avais fait mienne pour promouvoir Le Cycle de la Terre, je la retrouve ici, aux jardins de Cocagne. Car ici, chaque jour, on sème mais pas seulement des légumes. On tente de semer l'espoir d'un nouveau futur professionnel. On apprend à vivre ensemble à se comprendre, s'accepter, se respecter, s'aimer. Et, par le biais du réseau, on essaye de faire boule de neige pour que l'initiative d'un jardin soit celui d'un mouvement local au sein de chaque région.

 

Je ne fais qu'effleurer en quelques jours cette démarche mais ce que je retiendrai c'est l'humain. Le contact auprès de chaque personne, toutes différentes, avec leurs histoires, leur chemin personnel et leurs problèmes quotidiens. Cette envie d'échanger de partager et de se battre pour un avenir meilleur.

 

Alors un grand merci à tous de m'avoir accueilli et particulièrement à Hervé pour m'avoir ouvert les portes des locaux de l'association et à Olivier pour ces échanges à Condorcet.

Une partie de l'équipe des jardins de la Vallée de la Siagne (non exclusivement masculine contrairement à ce que montre la photo)
Une partie de l'équipe des jardins de la Vallée de la Siagne (non exclusivement masculine contrairement à ce que montre la photo)

Extra - Feuille de chou

Chaque semaine, les paniers sont accompagnés d'une petite feuille de choux. Les adhérents y trouvent la composition de leur panier et quelques infos utiles pour cuisiner les légumes de saison. Exemple ici avec les blettes:

 

La blette et sa côte
La blette et sa côte

  "Pour préparer les blettes, commencez par séparer les côtes des feuilles. Lavez et égouttez le tout, coupez les côtes en tronçon de 2 à 3 cm, puis, retirez la fine pellicule translucide et fibreuse ui recouvre les grosses côtes.

 

Les feuilles se cuisent et s'accommodent comme des épinards, à cette différence près qu'elles fondent moins à la cuisson et conservent une texture qui se prête bien aux quiches, tourtes et farces pour viandes, poisson ou légumes.

 

Les côtes se cuisent à la vapeur ou à l'eau bouillante salée, additionnée d'un filet de jus de citron, pour éviter le noircissement. On peut aussi les braiser, à l'étouffée, avec un peu de matière grasse et d'eau au démarrage de la cuisson. 

 

Une fois cuite, on les assaisonne (la blette aime l'ail et le persil) et elles peuvent être servies en accompagnement, avec une sauce blanche ou une sauce tomate par exemple. On peut aussi les préparer en gratin, les intégrer à un risotto... En salade, les côtes, cuites à la vapeur, et relevées d'huile d'olive, de citron et d'ail, sont rafraîchissantes, parfaite pour les menus estivaux!

 

Enfin, à Nice, une spécialité locale est la tourte sucrée aux blettes, à servir en dessert, à base de feuilles de blettes, pignons, raisins secs, pommes, poudre d'amande, oeuf et cassonade."


!!! BONNES FÊTES A TOUS !!!


(; LE CYCLE DE LA TERRE, CA CONTINUE EN 2014 ;)



Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Jean-Dom (dimanche, 29 décembre 2013 18:55)

    Super bien organisé ce jardin là,
    Nous avons pratiqué il y a 10 ans chez nous au sud de Lyon
    C'est vraiment un concept sympa
    et les denrées sont bonnes, on y va même de la redécouverte de légumes un peu oubliés, ça aussi c'est chouette !
    Bonne continuation !!!!!!!!!!!!!!