Le Cycle de la Terre au sommet de l'Europe (Episode 3 - Final)

A l'image du Cycle de la Terre, c'est un défi un peu fou, une aventure de trois jours, au bout de soi-même où ses pensées s'élèvent: l'ascension du Mont-Blanc!

 

- Engagés de longue date:

  Romain et Marc Guilbaud

- Ultimate guest: un certain T.G.

Résumé de l'épisode précedent: 

Après une ascension démeusurée et un repos bien mérité, les trois alpinistes s'attaquent à la montée escarpée vers le refuge du Goûter. Ils y rencontrent la brume vers les sommets et les fantômes du refuge avant de retrouver le sommeil avant une montée chronométrée!


LE RÉCIT (EPISODE FINAL)



Jour 3 - la montée - Refuge du Goûter -> Sommet du Mont-Blanc 975m de dénivelé

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

Réveil 4h45, petit-déjeuner 5h. Tout le monde est au pied levé avec pour seul objectif, mais sans certitude, le sommet! Le ciel est dégagé et le vent souffle sans excés, les conditions ont l'air idéales!

 

Barda rangé, alpi-chaussures chaussées, tête casquée, mains gantées, piolet à la hanche, pieds cramponnées, reste plus qu'à nous encorder et l'ascension débute. Nous partons dans les premiers, après une dizaine d'alpinistes.

 

Devant nous, le soleil se lève sur les glaciers...

Objectif sommet au soleil levant
Objectif sommet au soleil levant

Zig zag dans les glaciers

Nous longeons d'abord la crête du Gouter sans difficulté, baignés par le soleil levant, avant d'attaquer l'ascension vers le dôme du Gouter. La progression est facilité par le passage des premiers alpinistes et nous mesurons toute la différence avec notre ascension éprouvante de la veille. Néanmoins, nous ressentons tous les trois les effets de l'altitude et l'ascension est lente: 20 à 30 pas entre-coupés de 10 à 30 secondes de pause...

 

Pour autant, nous avançons à bon rythme comparé aux autres groupes d'alpinistes, nous en dépassons même certains. Proches du glacier, nous prenons à peine le temps de l'observer, concentré dans l'effort, nous aurons plus de temps à la descente (quoique...).

 

Après 1h30 d'ascension, nous arrivons en haut du dôme, il est 7h30. Là, la délivrance : le sommet du Mont-Blanc est en vue, ensoleillé, avec une léger nuage de foen à son sommet, c'est tout simplement magnifique!!!

Soleil levant sur le glacier
Soleil levant sur le glacier
Rude est l'ascension
Rude est l'ascension
Un regard vers le nouveau jour
Un regard vers le nouveau jour
Avant de poser les pied sur le dôme
Avant de poser les pied sur le dôme
La crête
La crête
Ajustement photo pour le sommet ;)
Ajustement photo pour le sommet ;)

Le sommet est à vue, plus que jamais accessible
Le sommet est à vue, plus que jamais accessible

Replat avant l'effort

Le sommet n'a jamais été aussi proche, et pourtant, la montée va encore être longue et éprouvante...

 

Nous redescendons le dôme du Gouter vers l'abri de secours de Vallot où les tracés vers le sommet convergent. Nous rencontrons les alpinistes venus directement depuis l'Aiguille du Midi et les randonneurs à ski venant du bas du glacier. Au pied de la dernière ascension avant le sommet, il est l'heure pour tous de faire une pause et reprendre des forces. Le thermos de thé et les barres énergisantes sont de sorties!

 

Il est 8h, l'ultime ascension nous attend, elle sera des plus dur!

A la croisée des chemins vers le sommet
A la croisée des chemins vers le sommet
Oh énergie!
Oh énergie!
L'ultime ascension!
L'ultime ascension!

La vue est déjà éblouissante!
La vue est déjà éblouissante!

Dur, dur, dur et si beau!

2 heures, il nous auras fallu 2 heures pour cette ultime ascension, et (PUTAIN) qu'elle fut dur! A l'exception du l'ex futur milouf, je pense que nous n'avons jamais vécu quelque chose d'aussi dur physiquement! Le poid de l'altitude est énorme, beaucoup plus que nous l'avions imaginé. 

 

Dès le départ, la montée se fait raide, et plein d'entrain vers notre objectif qui nous parait si proche, nous avalons les mètres de dénivelé avec un bon train pour dépasser, sur les quelques mètres d'espace que nous laisse la crête, ceux qui peine vraiment à monter! Premier de cordé, je payerai cet élan physique jusqu'au sommet. Le long de la crête, les montées se font plus raides les unes que les autres et nous avons du mal à discerner laquelle sera la dernière.

 

Notre rythme est lent et ne fait que diminuer jusqu'à un rythme de 5 pas / 30 seconde de pause. A bout de force, le soufle vraiment, mais vraiment, court, nous puisons au plus profond de nous pour faire les derniers mètres, notre mental est notre force et nous fait atteindre le sommet!

 

Quelle intensité d'être là-haut! Perché au sommet de l'Europe! Nous exaltons! Mon dieu que c'est beau, que l'exploit est beau! Nous l'avons rêvé, nous y sommes! Pour Tudu c'est un rêve vieux de 3 jours et pour nous ça fait 2 ans qu'on la dans un creux de notre tête. Aujourd'hui nous y sommes, un effort de trois jours, plus dur que jamais! Au sommet!

Le long de la crête
Le long de la crête
A genou
A genou
Guignol coloré raccord!
Guignol coloré raccord!
D'un côté le glacier
D'un côté le glacier
Allongé
Allongé
On sort son T-shirt!
On sort son T-shirt!
Pas à pas
Pas à pas
Ou debout
Ou debout
Ahhh! On l'a fait!
Ahhh! On l'a fait!

Ah oui, aussi
Ah oui, aussi
il y a la vue
il y a la vue
pas mal!
pas mal!

Super la vue...
Super la vue...
...jusqu'à la lune!
...jusqu'à la lune!

Jour 3 - descente - Sommet du Mont-Blanc -> Maison neuves 3 600m de dénivelé

Allez, on redescend... ça glisse!

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Le sommet. Le sommet c'est quinze minutes. Quinze minutes où on profite, quinze minute de photo, quinze minute d'une vue splendide. Mais quinze minute où l'on ressent toujours fortement l'altitude, sensation qui nous pousse à ... redescendre.

 

La redescente s'annonce corsée. Il est 10h, nous devons rendre notre matériel avant 19h, il nous reste donc 9h pour redescendre le Mont-Blanc, déjeuner, crapauter dans les rochers, suivre les rail du tram (cette fois en fonctionnement) et puis finalement, crapauter vers le bas du col de voza. A la minute près je vous dis!

 

Heureusement, même si nous allons bon train, un coup de pouce nous vient en aide entre le refuge de Tête Rousse et Nid d'aigle, les toboggan! Houra! Nous arrivons à la voiture, il est 18h21... OUF!

Un dernier coup d'oeil
Un dernier coup d'oeil
On repasse la coulée, assuré
On repasse la coulée, assuré
Vue sur les glaciers manqués à l'ascension
Vue sur les glaciers manqués à l'ascension
Facile!
Facile!
Beaucoup plus relax
Beaucoup plus relax

Toboggan!!


Toujours en portrait, bah oui, c'est beaucoup mieux!


EPILOGUE



The End

Nous laissons derrière nous
Nous laissons derrière nous
Le rêve accompli
Le rêve accompli

Prologue du Cycle de la Terre

Premices de ce qui attend Le Cycle de la Terre, cette ascension fut un concentré d'aventure! De la joie, des doutes, des peurs, du réconfort, à la force du mental, aller bout de soi-même pour s'élever vers d'autres cieux. Prendre du recul, relativiser et consentir les efforts nécessaires au bonheur, voilà aussi quelques messages que Le Cycle de la Terre souhaite transmettre. Certains dirons "Le bonheur au bout du Guidon*"!

 

"Qui relie l’enfant à la nature à laquelle il doit et devra toujours sa survie et qui l’éveille à la beauté et à sa responsabilité à l’égard de la vie. Car tout cela est essentiel à l’élévation de sa conscience.**"

 

 

*Christophe Cousin, Edition Arthaud

**La Charte pour la Terre et l'humanisme, Mouvement des Colibris


Écrire commentaire

Commentaires : 0